L’action du mois : adhérer à une monnaie locale

Vous avez probablement déjà entendu parler des monnaies locales, encore appelées monnaies complémentaires. Mais savez-vous réellement comment elles fonctionnent et à quoi elles servent?

Une monnaie locale est une monnaie qui n’est pas soutenue par un gouvernement national et qui, sous diverses formes, est amenée à circuler dans une zone géographique limitée. Elle n’entre pas en concurrence avec la monnaie nationale qu’est l’euro (elle n’est d’ailleurs pas cotée et ne peut être source de spéculation) mais fait office de monnaie complémentaire destinée notamment à dynamiser l’économie locale.

En pratique, voilà comment cela fonctionne. Une fois qu’une monnaie locale est créée (généralement sous l’impulsion d’une association), vous pouvez acheter en tant que particuliers des coupons billets auprès d’un comptoir de change agréé par l’association l’ayant mise en place. Les monnaies complémentaires les plus récentes sont même virtuelles : il vous suffit de créditer votre compte en ligne après inscription pour recevoir à votre domicile une carte à utiliser comme votre carte bancaire habituelle.

Côté « conversion », rien de plus simple : 1€ = 1 unité de monnaie locale. Une fois vos coupons ou votre carte en main, vous pouvez les utiliser pour faire vos achats auprès des professionnels – commerçants et artisans –  partenaires de la monnaie en question.

Et les euros convertis en monnaie locale, que deviennent-ils? Ils sont généralement placés dans une banque éthique sous la forme d’un fonds de garantie et sont destinés à soutenir des projets qui s’inscrivent dans la charte de la monnaie locale contre laquelle ils ont été échangés.

Chose à savoir : les monnaies locales sont faites pour circuler. On ne peut donc pas les épargner, tout du moins il n’y a aucun intérêt à le faire. À cet effet, certaines sont même fondantes. Autrement dit, une fois les coupons billets échangés, ceux-ci perdent de la valeur au fil des mois (par exemple 2% de leur valeur tous les 9 mois). Ce système de fonte peut surprendre dans la mesure où, comme dit plus haut, les monnaies locales n’ont pas de cours. Mais il a simplement pour objectif d’inciter à utiliser la monnaie locale et à la faire circuler au maximum.

Les avantages des monnaies locales complémentaires sont multiples.

Face aux problématiques sociétales actuelles (disparition des commerces de proximité, dissolution du lien social, chômage…) elles constituent une avancée solidaire majeure. Utilisées sur des territoires restreints, elles permettent d’en accroître le dynamisme tout en resserrant les liens sociaux.

Adhérer à une monnaie complémentaire, c’est soutenir et favoriser l’économie locale, encourager et maintenir les emplois sur les territoires concernés, mais aussi réduire l’impact écologique en encourageant les circuits courts.

Vous êtes convaincu(e)s?

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a déjà plusieurs monnaies locales en place en Bretagne et que plusieurs projets de création sont en cours!

En voici une petite liste :

La Bigaille : Saint-Brieuc (en cours de mise en place)

La Bizh : Pays de Vannes (en cours de mise en place)

Le Buzuk : Pays de Morlaix

Le Galais : Pays de Ploërmel

Le Galléco : Pays de Rennes, Redon, Fougères et Bretagne sud

L’heol : Pays de Brest

La Maillette : Pays de Rance

Le Segal : Pays de Lorient (en cours de mise en place)

Et pas très loin :

Le Retz’L : Nantes sud et Pays de Retz

SoNantes : Nantes

Un très bon site sur lequel trouver plus d’informations et de liens utiles autour des monnaies locales : le réseau des monnaies locales complémentaires citoyennes.

>> Soutenir Breizh gwer sur Tipeee <<